Les particularités du transit digestif chez le lapin

Le lapin possède un système digestif très particulier. Il est important d’en connaître les grandes lignes, afin de respecter une alimentation adaptée, au risque de provoquer des problèmes de santé graves, potentiellement mortels.

Avant d’aborder le tube digestif, arrêtons-nous sur les dents : chez le lapin, appartenant à l’ordre des Lagomorphes, elles poussent en permanence, mais leur longueur est maintenue constante par l’usure, laquelle est assurée par la mastication des végétaux (notamment la silice qu’ils renferment) et le frottement des dents les unes sur les autres.

Les aliments une fois mastiqués passent dans l’œsophage et parviennent à l’estomac, où se déroule une première digestion, à la fois mécanique et chimique (suc gastrique, enzymes).

La digestion se poursuit ensuite dans l’intestin grêle, qui mesure entre 2 et 3 m, puis dans le caecum, organe développé chez le lapin, puisque c’est là que se concentre la flore intestinale qui lui permet l’essentiel de la digestion. C’est aussi là que se forment les caecotrophes. Le côlon, assez long chez le lapin, joue un rôle de stockage des crottes, et de réabsorption d’eau. Le transit digestif dure en moyenne 4 à 5 heures chez le lapin.

Les particularités du transit digestif chez le lapin 1
Les particularités du transit digestif chez le lapin 2

On constate l’existence de deux types de crottes chez le lapin :

  • des petites crottes brunes et fibreuses, sèches, produites en assez grande quantité (autour de 300 par jour en moyenne), que l’on retrouve dans la litière,
  • des caecotrophes, que l’on ne doit pas normalement retrouver, puisque réingérées par le lapin. Elles sont fabriquées la nuit, se présentent en grappes, sont humides et luisantes, et surtout riches en protéines et vitamines. Le lapin les récupère le matin directement à l’anus et les mâchouille comme s’il mastiquait un chewing-gum, avant de les avaler. Il valorise ainsi au maximum sa nourriture. Si l’animal est malade, il peut abandonner les caecotrophes sur le sol ; dans ce cas, elles deviennent vite nauséabondes et ne sont pas réingérées par le lapin.

Les éléments indispensables à la bonne santé digestive du lapin

Il est important de surveiller votre lapin, toute modification doit attirer votre attention !

Pour la bonne santé digestive du lapin, il est donc fondamental d’apporter des fibres, longues et indigestibles (foin à volonté, végétaux), à la fois pour l’usure continue des dents par la mastication, mais aussi pour que le tube digestif soit toujours en mouvement. Un ralentissement du transit entraîne très rapidement des modifications de la flore intestinale, et des douleurs liées aux spasmes. Il est important de surveiller que votre lapin fasse chaque jour des crottes ; toute modification doit attirer votre attention !

Et les granulés du commerce ?

En soi, ils ne sont pas mauvais, puisqu’à priori adaptés aux besoins nutritifs de votre lapin. Mais n’oubliez pas la base de l’alimentation : du foin, du foin et encore du foin pour faire travailler les dents et le système digestif 24h/24h, des feuilles et de la verdure pour les fibres et l’hydratation et des granulés en quantité très limitée ( il est tout à fait possible de les supprimer).

Les gourmandises riches en graisses et sucres sont à proscrire, elles déséquilibrent le système digestif, en particulier le caecum, ce qui peut provoquer la formation de crottes molles de façon chronique, ou favoriser le développement de bactéries dangereuses comme les Clostridies, à l’origine de diarrhées ou d’entérotoxémie.

Un bon régime alimentaire et de l’exercice devraient éviter à votre lapin bien des problèmes !

Que faire en cas de problème digestif ?

Dans pratiquement tous les cas, que ce soit diarrhée ou ralentissement/arrêt du transit,  la première chose à faire en attendant le rendez-vous chez le vétérinaire est de supprimer les granulés pour obliger le lapin à manger du foin en grande quantité. Éventuellement, on peut mettre un peu de jus de fruits sans sucre (ananas ou papaye) dans son eau pour l’obliger à boire et à bien s’hydrater.

Ne pratiquez pas l’automédication même si vous trouvez des conseils sur internet !

Vous pouvez aussi mettre une bouillotte près du ventre de votre lapin pour soulager les spasmes. Gardez-le au chaud et évitez les courants d’air.  Ne pratiquez pas l’automédication même si vous trouvez des conseils sur internet: pas de paraffine, de pruneaux, de médicaments, de charbon ni de laxatifs.

Consultez un vétérinaire, lui seul peut déterminer la cause du problème dont souffre votre lapin et choisir le traitement le plus adapté. Et surtout, n’attendez pas, car l’état général de votre petit compagnon peut très rapidement se détériorer.

Nos articles Gastroentérologie et documents

La diarrhée du chien

La diarrhée est assez fréquente chez les chiens, et se caractérise par […]

Les troubles digestifs liés aux boules de poils chez le chat

Les boules de poils très fréquentes chez nos compagnons félins, bien que […]

Les diarrhées du chat

Si la diarrhée est d’apparition soudaine, on parle de diarrhée aiguë.