Prévention des maladies chez le veau nouveau-né

Durant leurs premières semaines de vie, les veaux nouveau-nés sont particulièrement fragiles.

Parmi les affections les plus courantes, et parfois graves, les diarrhées néonatales représentent la majorité. Mais on peut également citer les maladies respiratoires, ainsi que les infections du cordon ombilical.

Les diarrhées néonatales chez le veau

Les veaux peuvent être particulièrement touchés durant leurs 4 premières semaines de vie. Ces affections sont sérieuses parce que la diarrhée entraîne une diminution de l’absorption des nutriments essentiels au veau, ainsi qu’une déshydratation. En cas d’atteinte grave, le veau peut mourir ; s’il survit, ses performances de croissance risquent d’être moins bonnes que celles des veaux en bonne santé.

La plupart du temps, les germes rencontrés sont des virus (rotavirus, coronavirus), des bactéries (E. Coli, Clostridium perfringens, Salmonella spp.) et certains parasites (cryptosporidies, coccidies).

Les veaux touchés présentent une diarrhée, contenant du sang ou du mucus, dès les premières heures de leur vie et les 4 à 6 premières semaines. La mort peut survenir en 12 à 48h, et pour ceux qui survivent, affaiblissement, déshydratation, perte de poids, retard de croissance, sont régulièrement constatés.

La réussite du traitement dépend de la rapidité de mise en œuvre de celui-ci ; des réhydratants oraux seront employés, pour compenser les pertes en électrolytes et en nutriments. Si la diarrhée est d’origine bactérienne, des antibiotiques seront associés.

Prévention des maladies chez le veau nouveau-né 1
Prévention des maladies chez le veau nouveau-né 2

La prévention des diarrhées néontales

La lutte contre les diarrhées chez le veau nouveau-né passe avant tout par la prévention :

  • Bonne gestion du logement des animaux :
  • Prévoir une litière de bonne qualité, avec une surface au sol suffisante (2,5 m2/animal), et de la paille propre renouvelée régulièrement
  • Assurer une bonne luminosité, ainsi qu’une température adéquate (veau < 1 mois : de -5°C à + 25°C), en évitant les variations trop importantes sur une journée
  • Veiller à une bonne exposition (Sud/Sud-Est) et une bonne ventilation, sans courant d’air
  • Réduire le stress chez les vaches et les veaux, celui-ci étant favorable aux infections
  • Bien nourrir les animaux, avec une alimentation équilibrée riche en minéraux et oligo-éléments
  • Aider au vêlage si nécessaire ; s’assurer surtout que les veaux commencent à s’alimenter le plus tôt possible après le vêlage, de façon à ingérer la quantité de colostrum adéquate (minimum 10 % du poids corporel dans les 24 premières heures) voire de s’assurer de la qualité du colostrum distribuée.
  • Vacciner les futures mères avant le vêlage pour fournir une protection passive des petits via le colostrum, en respectant bien les protocoles
  • En cas d’infection dans l’élevage, séparer les animaux en bonne santé (et leur mère) des animaux malades
  • Laver soigneusement les équipements, mains, bottes juste après avoir manipulé les animaux malades.
  • En cas d’introduction de nouveaux individus dans l’élevage, on veillera à ce qu’ils soient mis en quarantaine avant d’entrer dans le troupeau

Toutes ces mesures appliquées méthodiquement, éventuellement avec l’aide et les conseils du vétérinaire de l’élevage, devraient pouvoir permettre de diminuer l’incidence des diarrhées néonatales dans un élevage.

Les affections respiratoires

Elles touchent plutôt les veaux un peu plus grands ; elles sont regroupées sous le terme BPIE (= bronchopneumonies infectieuses enzootiques) et sont dues à des bactéries (pasteurelles, mycoplasmes), des virus (RSV ou virus respiratoire syncytial, parainfluenza, virus de l’IBR), des parasites. La plupart des mesures citées pour la prévention des diarrhées néonatales sont applicables aux maladies respiratoires, notamment en ce qui concerne la gestion et l’hygiène des locaux.

Les infections du cordon ombilical (omphalites)

À la naissance, le cordon ombilical se rompt par étirement à quelques centimètres de la paroi abdominale. Dans la première semaine de vie du veau, la partie externe du cordon se dessèche et tombe.

Mais parfois, et plus particulièrement lorsque les conditions d’hygiène de l’élevage sont médiocres, le cordon ombilical, en contact direct avec le sol et la litière, se contamine et s’infecte.

Là encore, la prévention de ce type d’affection passe par de bonnes pratiques d’élevage : qualité de la litière au vêlage et les premiers jours, désinfection (systématique dès la naissance) et surveillance du cordon, absorption précoce et en quantité suffisante de colostrum de bonne qualité.

En élevage, beaucoup de pathologies pourraient être évitées par la mise en place de bonnes pratiques zootechniques, faisant l’économie de l’emploi de médicaments coûteux, et limitant les répercussions financières sur l’exploitation. Ceci est particulièrement vrai pour la plupart des affections néonatales des veaux.

En élevage, beaucoup de pathologies pourraient être évitées par la mise en place de bonnes pratiques zootechniques, faisant l’économie de l’emploi de médicaments coûteux.

Nos articles Veau nouveau-né et documents

La phytothérapie chez le veau

La phytothérapie agira donc plutôt de manière progressive et douce, et sera […]